Retour aux nouvelles

Que les X se lèvent!

Je regarde quitter à la retraite, un par un, mes mentors et je ressens le vide qu’ils laissent derrière eux.

On dira ce qu’on veut, mais les boomers auront façonné le milieu de l’incendie tel que nous le connaissons présentement. Je leur attribue notamment le mérite d’avoir :

  • Promulgué la Loi en sécurité incendie au Québec
  • Promulgué la loi en sécurité civile du Québec
  • Adopté le règlement sur les conditions pour exercer au sein d’un service de sécurité incendie municipal
  • Mis en place les schémas de couverture de risques à travers la province par le biais des orientations ministérielles en matière de sécurité incendie
  • Créé l’École nationale des pompiers du Québec
  • Structuré la formation des pompiers et des officiers en sécurité incendie
  • Importé de la documentation en anglais et de l’avoir publié en français
  • Mis en place un système de commandement et de dénombrement sur les scènes d’urgence par le biais des tables PC
  • Avoir publié le guide des opérations d’un service de sécurité incendie
  • Avoir mis en place les premières directives et procédures normalisées dans les services de sécurité incendie
  • De s’être battu pour obtenir de l’aide financière pour subventionner non seulement la formation des pompiers dans les petites municipalités mais également les études d’opportunités visant toutes formes de mise en commun de ressources en sécurité incendie.

Bref, le leg de cette génération à la mienne est très important et je leur en suis reconnaissant.

Le départ des boomers, conjugué à la révolution industrielle 4.0, provoquent un changement qui n’est pas le bienvenu dans nos municipalités. Dans le domaine des services d’urgence, qui est reconnu comme étant hostile aux changements, ça créé une réelle zone de turbulence… un profond chaos… qui brasse l’establishment qui ne sait pas comment réagir.

On n’a qu’à penser aux services de police qui vivent une crise de leadership sans précédent qui aura fait rouler plusieurs têtes dans les hautes sphères de la protection du citoyen un peu partout dans la province, et dont le point culminant aura été la nomination de la première femme, une civile par surcroit, de ma génération, à la tête de la Sûreté du Québec.

Un geste audacieux de la CAQ qui fait trembler les colonnes du temple.

Comme les pompiers attrapent le rhume à chaque fois que la police tousse, je me demande bien quels seront les électrochocs qui viendront rétablir l’ordre dans les casernes du Québec au cours des prochaines années.

Peu importe ce que seront ces changements, ce sont les membres de la génération X, ma génération, qui en seront les artisans, soit à titre d’influenceur ou de bâtisseur. Ce sera notre leg aux Milléniaux lorsque nous quitterons nous-mêmes pour la retraite.

Il est temps de laisser notre marque… et de cesser de dire pour plutôt commencer à faire.

Il est temps de passer de l’éternel second à celui qui prend les rênes et qui assume les responsabilités de son nouveau rôle.

Il est temps de jeter des bases solides pour assurer la pérennité de nos organisations.

Ça commence aujourd’hui.